Carnet de voyage #4 : Italie du sud, saveur volcanique à citronnée



Avec d'une part mes projets marketing pour continuer d'élancer mon activité pour les 2 prochaines saisons hautes, il est bon aussi de se poser un peu. De plus, alors qu'en ce moment même nous traversons un épisode de confinement partiel ou total contre le coronavirus, je souhaitais vous faire voyager un peu, cette fois-ci en Italie du sud, et sans risque de contamination :)

Alors j'écris et me souviens pas à pas chaque lieu où nous sommes passés, en ce dernier mois d'octobre 2019, dans cette Italie du sud qui m'a fait chaud au cœur !!


Chaque carnet est pour moi une nouvelle occasion de vous témoigner mon regard sur les gens, mes ressentis et ma sensibilité sur le vivant et la Nature car pour moi


" Le bonheur n’est pas une destination à atteindre mais une façon de voyager. " Margaret Lee Runbeck

Autre petit détail, j'avais volontairement laissé la camera stabilisée à la maison et me suis contenté des photos réalisés au téléphone, et après tout j'ai pu aussi me reposer un peu :)


* * *


JOUR 1 : Napoli.

Nous sommes le samedi 12 octobre 2019, décollage vers 7h30 d'Orly pour Naples.

1 sac chacun, de quoi vivre notre aventure sur les 8 jours et 8 nuits que nous avions choisis pour dérouler notre itinérance de Naples à Maiori.



La veille du départ, nous avions eu la malchance d'avoir nos 2 premières nuitées sur Naples annulées. Mais grâce à la patience partagée entre ma compagne et moi, nous avions trouvé une chambre chez un particulier, abordable et prêt de la gare !! Il s'avère que nous étions les premiers voyageurs à booker une de leur chambre !! Un appartement tout neuf, quasi intégralement recouvert de marbre blanc. Un cocon unique.


L'homme de la maison ainsi que 2 femmes nous accueillent. A peine posés les bagages, nous avons une visite orale de Naples avec un superbe anglais, et surtout une bonne écoute pour savoir par quel chemin aller ou quels lieux nous souhaitions voir. En effet, Naples étant une ville assez importante du sud de l'Italie, il est bon de prévoir ses parcours dans la ville, et savoir ce que l'on veut vraiment voir, surtout sur les 2 jours que nous avions alloués pour Naples pour notre part !

Naples est petit et grand à la fois, sur plusieurs étages de terres, vallonné, et on compte parfois plus de scooter que d'habitant ;)


Un café froid à l'italienne au milieu de la matinée et c'est parti pour environ 2 fois 15 000 pas dans Naples. Le 1er jour est consacré au quartier historique prêt du port, PORTO.



Rencontre rare avec le "pot de yaourt" italien pour ne pas dire la voiture, ses anciennes bâtisses massives de pierres volcaniques, son street art et sa chaleur de vie si unique se dégage. Encore faut-il bien l'observer, car à l'écart des grands axes touristiques du centre comme Via dei Tribunali, il existe ces ruelles, certes plutôt délabrées, pauvres, sombres, mais si authentique à Naples. Observer ses habitants, parlant à haute voix dans la rue, appartement ouvert du rez-de-chaussé au dernier étage, le boulanger laissant son pain à qui descendra son sceau, tout cela laisse entendre subtilement que Naples a une spécialité. Il y a là une personne, comme un ancien, refusant de laisser ses coutumes, mais laissant malgré tout entrer une touche de modernité avec les plus récentes générations vivant ici.



Ici le moderne et l'ancien s'entrechoc avec force mais dans une apparente harmonie. Certaines ou certains diront que cette ville est sale. Tout cela dépend encore comment on la regarde, car je la trouve belle... Son art de vivre très présent est un trésor qu'il ne faut pas délaisser. C'est cela que je veux mettre en avant !

Bref, plein les yeux pour la 1ère journée, et nous finissons par observer le couché de soleil me direz vous ? Plutôt le levée de la Lune juste au dessus du cratère du Vésuve !!



* * *


JOUR 2 : Napoli.

Après un petit déjeuner sur le pouce à la boulangerie, nous avions choisis les QUARTIERS ESPAGNOLS et VOMERO plus à l'Ouest de la ville.

De notre quartier prêt de la gare jusqu'à l'Ouest, nous sommes de nouveau impressionnés combien la vie est si intense ici. On peut apprécier les vendeurs de coquillages frais, les napolitains toujours dehors et bons vivants, les petites boutiques artisanales, puis un cloître romantique caché ici.



Comme je le disais pour le 1er jour, le grand axe Via dei Tribunali est plus une attraction touristique moderne qu'autre chose et souhaitant ramener tout sauf les articles qu'ils proposent, nous avançons en gardant l’œil ouvert, notamment sur cette authenticité architecturale, érodée mais pourtant belle.

Arrivé prêt de la station de Montesanto pour atteindre la ville haute, nous mangeons 2 aranchini, spécialité sicilienne, pour 2€ chacun !!

Facilement emprunté avec un ticket de métro pris d'avance, nous montant par le train à crémaillère pour atteindre les hauteurs, autrement dit le quartier de VOMERO.

Là, quelque chose d'assez particulier nous frappe : plus d'habitations verdoyantes, plus de silence et plus d'immeubles proprement entretenus... On peut bien dire que Naples est hétérogène dans ses murs et ses populations tant elle peut avoir des quartiers favorisés par rapport à d'autre...

Nous montons jusqu'en haut des remparts du Castel Sant'Elmo et apprécions la vue imprenable sur toute la ville à 360 degrés !!



Ce château, sobre, massif, imposant, n'est apparemment pas beaucoup chargé de décoration et artifice mais se laisse raconter quand on prend son temps pour le regarder : ses couloirs infinis en pente, la malice de son architecture, tellement il faut mériter son sommet. On sent ici le caractère fort de la ville, imprenable. Sur notre "petite muraille italienne", on peut sentir et écouter l'âme de la ville avec son concert d'agitation humaine et des transports... On peut même deviner un concerto en sol majeur des klaxons de l'ensemble des 2 roues de la ville !! Mais bien sûr avec des pauses, parfois :)


De l'Est à l'Ouest, la vue de la ville est surprenante. De l'étroitesse des rues et la proximité avec la mer, on ressent la ville, chargée d'activités tournées vers la mer. Il faut noter que l'activité maritime de la ville a fait aussi ce qu'elle est devenue !!


Il est 15h environ, nous souhaitions un peu de fraîcheur et décidons de redescendre par le coté Sud vers le quartier CHIAIA, dans l'objectif de boucler notre boucle.

Peu après le château vers l'Ouest, nous trouvons un refuge de verdure bien agréable : le Parco villa Floridiana. Nous entrons comme dans une bulle, pas de route bitumée en connexion avec le parc et cela et bien appréciable. Nous descendons le parc qui se jette comme dans la mer pour arriver au niveau des marches du Musée Nationale de la Céramique. Moment romantique entre sphère végétal, la ville et la mer...



Nous trouvons moyen de continuer notre descente en bas de la ville par une petite ligne de bus. Nous arrivons prêt d'une des entrées possible de la Galleria Borbonica, au bout du parc de la Villa Comunale di Napoli.

Nous avions choisis cet endroit pour sa valeur historique importante lors de la 2nd guerre mondiale. Ces galeries creusées sous terre à même la roche ont eu plusieurs fonctions dans son histoire, dont celle d'abris anti-aérien pour les populations et l'entreposage de voiture d'époque et 2 roues pour la police. Tout cela est encore frais pour les napolitains car nous nous plaçons au cœur de ce qui les a touchés. Le devoir de mémoire est ici important et relativement bien conservé !


Notre dernière étape pour boucler notre tour de 2 jours sur Naples fut les QUARTIERS ESPAGNOLS. Nous remontons donc jusqu'à la Piazza del Plebiscito, puis la Via Toledo pour rentrer dans ce quartier un peu à part.



Un des lieux de Naples que j'ai le plus aimé est ce micro-quartier. Un concentrée de ruelles biens quadrillées mais qui n'en est pas moins artistique. On pourrait croire à un morceau d’Espagne installé ici dans Naples, mais à vrai dire, ce lieu semble être un cocktail d'humanité de tout les pays méditerranéens confondus.

Lumières plus ou moins vives, drapeaux suspendus, des endroits plus sombres aussi mais vite sublimés par la présence de sons sympathiques, ce lieu est un concentré de vie.

Je suis étonné de voir par ici des photos attachées même au mur, montrant un couple de restaurateurs et des clients de passages. La bonne ambiance et l'humilité de vivre des moments juste ensemble se lit bien ici et cela fait chaud au cœur !


C'est à l'estomac que cette humanité nous réchauffe aussi, car nous nous posons à ce restaurant pour une paella aux fruits de mer et un grand bol de gnocchi, tout simplement et indescriptiblement bon à l'italienne...

Reste à revenir se reposer à l'appartement et digérer tout cela pour affronter la suite : cap vers le Sud et la campagne napolitaine !!


* * *


JOUR 3 : route jusqu'à Vico Equense.

Nous démarrons direction l'agence de location de voiture à 10 min à pied, à la gare centrale de Naples. Etant donné le parcours que nous avions programmé, nous attendions une mini-citadine... Cependant et comme souvent, nous n'avons pas le gabarit de véhicule désiré. Nous acceptons le gabarit supérieur qui est une compacte, et pour dévaler les petites routes de la côte Amalfitaine, je vous confirme qu'il ne faut pas plus gros !! Tout du moins en voyageant à 2, c'est largement suffisant. Nous souhaitions voyager vite et l'espace du véhicule n'était pas du tout important, surtout que nous avions 1 sac avec nous. Et l'essentiel fut de profiter de chaque lieu de manière détendue.


1er stop en voiture : Pompei. Je vais volontairement peu écrire sur le sujet car ce passage était plus une curiosité qu'autre chose. Le site, touristique, certes historique mais trop chargé de monde même en milieu de mois d'octobre, ne dégageait pas tant que ça, malheureusement pollué par la concentration de personnes... Avec tout le respect que nous devons au site, nous allons donc entrecouper les différents quartiers numérotés en évitant systématiquement la foule et nous disons merci aux audio guides car nous avions le silence et une meilleur assimilation des explications. Ici vous pouvez voir comment nous voulions voir ce lieu...



Impossible de sortir rapidement d'ici sans connaitre comment les personnes vivaient, la culture et l'architecture, si ingénieuse. Tout cela est un trésor à préserver. Herculanum aussi, à plus petite échelle mais nous l'avons beaucoup plus apprécié. Nous y reviendrons plus tard. Il est déjà 15h quand nous décidons de partir !!


Vico Equense. Village assez tranquille mais où nous trouvons un petit restaurant ouvert à 16h !! Nous 2 et nos 4 yeux mignons demandons si nous pouvons avoir un plat du jour. L'hôte, compréhensive et accueillante, nous accepte, alors que nous sommes 2 dans le restaurant, c'est à dire nous. Un cadeau et une récompense en même temps !! Après un petit saut dans une boulangerie près de la mer, 2 cafés americano et 2 Sfogliatella emportés, nous nous posons au bord de la mer, écouter sa douce agitation.


Nous décidons de prendre un peu de hauteur et trouvons un spot incroyable, pour ne serait-ce boire qu'un verre : l'hotel Sporting. Sa terrasse plongeant quasi directement vers la mer, offre un couché de soleil unique. C'est à ce même endroit que je découvris la bière de gingembre, lorsque je demandais un cocktail sans alcool. Surprise garantie et désaltérant à souhait !



Dernière lueur du jour, la Lune nous accompagne jusqu'à notre prochaine nuitée dans un de ses hôtels vertigineux : hôtel Mega Mare. 3 étoiles et pourtant 30€ par personne la nuit... La maison, le personnel et son chat sont d'un professionnel, oui oui même le chat nous accueille comme il faut, assis sur son coussin à l'entrée, demandant une caresse.

Une fois arrivé dans la chambre, plutôt sombre, nous ouvrons les grands rideaux et là : difficile de croire que la vue est réelle depuis le balcon privatif... La chambre est comme éclairée par les reflets lumineux de la mer avec l'éclat de notre Lune.


PS : attention, lorsque nous avions réservé en octobre, vous avez toujours le choix pour des chambres à quelques dizaines d'euros comme un prix dépassant les 1000€. Tout dépend comment vous souhaitez passer votre séjour. Pour notre part, ce séjour se voulait reposant et atypique mais aussi à budget maîtrisé, tout comme en Espagne aux Canaries par exemple, où nous avions été très contents des prestations à petits prix. Sans rancune car le personnel ou les propriétaires nous prenaient toujours pour cas !!


Sur ce bonne nuit depuis cette bulle de rêve. Je vous laisse découvrir les photos du matin qui en parlent d'avantage :)


* * *


JOUR 4 : de Sorrente au versant sud de la côte amalfitaine, sans "caprice".

Au petit matin, la surprise de ce paysage adouci par la lumière orangée nous fait presque oublié qu'un pas suffi pour tomber à pic de plus d'une centaine de mètre au dessus du niveau de la mer. Bref, ce spot est incroyable :



Et ce n'est que le début d'une succession de spots magnifiques que nous avions choisis pour apprécier à notre manière la campagne napolitaine !!


Nous descendons sur Sorrente. Nous découvrons cette ville "frontière" entre la cité de Naples et la campagne, ses villages perchés.

Avec ses maisons à 1 ou 2 étages, des petits commerces artisanaux, Sorrente présente un bon vivre à taille humaine. Se frayant des chemins autour du centre ville, l'endroit montre son charme, son art et sa verdure...



Du coté du port, l'aspect de la ville prend une autre tournure car elle devient touristique avec ses chaises longues par centaines alignées les unes à coté des autres. De ce point de vue là Sorrente est largement dépassée par ce qui suit et je voudrais dire... Heureusement !

Il est 15h et nous reprenons tranquillement la route direction Sant'Agata sui Due Golfi pour déposer nos affaires et récupérer la clé de notre chambre. Il s'agit de la ferme Agriturismo Fattoria Terranova, un des plus authentique site hôtelier où nous avons logé mais j'y reviens.


Pour terminer l'après-midi, dans une ambiance bien campagnarde, nous faisons un petit tour, tout à l'Ouest de la côte amalfitaine, à Massa Lubrense et son port. Le calme, le chant des petites coques qui trinquent et droit devant nous, au couché du soleil, nous devinons l'île de Capri, que nous avions choisi d'éviter.



Nous reprenons les petites routes vers la ferme rustique de Fattoria Terranova, afin de nous préparer tranquillement pour un dîner unique !!

Nous remontons la petite ruelle bossue et extrêmement pentue qui relie les maisons de la ferme les unes aux autres. Guidés par les lampadaires de nuit, nous nous installons sur une assez grande table rien que pour nous 2. Visiblement l'endroit se prête bien aux familles souhaitant faire une pause car la salle à manger est très accueillante avec ces grandes tables et sa décoration très végétale !!

Le menu est sobre avec quelques plats proposés mais qui ont le mérite de sélectionner des aliments locaux avec le label 0 km c'est à dire ici même ! Les vins aussi sont d’excellent choix, certes un peu cher mais, pour faire exception et marquer le coup de ce milieu de semaine, nous avions craqué pour un vin blanc "Vigna del Vulcano" des terres du Vesuvio. Ce vin a des accords assez dur de roches volcaniques : surprenant !!

C'est sur ces notes que nous allons nous reposer tel Dionysos sur son nuage en rêvant de la suite du voyage.


* * *


JOUR 5 : de Sant'Agata sui Due Golfi à Praiano.

Le lendemain matin, remonté à la salle à manger semi-extérieure de la ferme (avec verrières) avec la même ambiance mais cette fois sous une lumière tamisée du levé du jour : moment à part une nouvelle fois au petit déjeuner.



En prenant notre temps mais étant rechargé en bonne énergie, nous continuons notre chemin direction plein Est, le long de la côte amalfitaine.

En arrivant prêt de Positano, quasiment 2 km avant l'entrée du village, des agents de la route font barrage pour filtrer les accès. Plusieurs minutes à attendre, ce qui est choquant car nous somme mi-octobre... Sans regret nous décollons et bifurquons sur la route principale pour continuer notre chemin et trouver un autre spot plus tranquille... !!


Il est 13h lorsque nous nous arrêtons à Praiano, village étape de notre itinérance.

L'accès y est abordable et calme : gagné !! Et nous ne sommes pas au bout de nos surprises quand nous faisons un tour du village sans même rencontrer un seul chat ! C'est comme si nous nous retrouvions dans Positano avec l'avantage d'un bon espace vital et le fait d’apprécier le charme du village dans tous ses recoins.

Autant dire qu'ici la vie est particulière car les habitants profitent d'un cadre très montagneux et maritime à la fois. Il est important de constater que ces habitants vivent de leur commerce ou des commerces voisins et j'ai envie d'espérer que ces habitants puissent continuer à vivre ici et de cette manière car ils font parti du caractère humble et authentique de ces villages.



Ne voulant pas sacrifier ce moment de balade pour un déjeuner, nous continuons et 20 min plus tard nous arrivons à notre prochain lieu de nuitée, la baie Marina di Praia.


Petit conseil sur le stationnement dans les baies : ne pas hésiter à réserver une place de parking tellement les lieux sont escarpés et, de toute manière, sur la route longeant la côte, il y a aucune place de stationnement. Même les bus ont du mal à passer alors si on pouvait se stationner...


Accompagnés de notre hôte, nous déposons les bagages dans notre chambre, une architecture sobre mais du carrelage tellement beau qu'il remplissait à lui seul la pièce de toutes ses couleurs !! Ici je remarque à travers la fenêtre, la vue sur les barques de pêcheurs entreposées. Un "ancien" était assis là et prenait son temps à démêler ses vieux filets : moment qui me toucha par son authenticité encore une fois et par le caractère que dégage ce lieu.

Nous nous promenons doucement ensuite tout autour de la baie et nous nous posons au restaurant "IL PIRATA". Il est 15h34 quand nous dégustons nos plats, au front de mer, oui, une heure encore une fois bien décalée pour épicer ces journées :)



De retour dans la baie, nous avions remarqué la présence de 2 stands autour de la baie, faisant la promotion de tour en bateau ou tour personnalisé en "taxi boat". En effet nous pensions à ce moment à l'organisation du jour suivant. La question que nous nous posions était : prenons nous la voiture direction Amalfi et risquer de trouver aucune place de parking proche du centre ou prenons nous un Zodiac pour court-circuiter tout ce chemin en arrivant par la mer ? Certes le prix du taxi boat était de 35€/personne allé-retour pour Amalfi, mais c'est après réflexion que nous décidons de faire ce choix et demander la réservation pour le lendemain 10h !!


* * *


JOUR 6 : de Amalfi à Ravello.

Au réveil, de nouveau nous sommes surpris par l'originalité de la présentation du petit déjeuner : le buffet est intégré à même une barque !! L'esprit de la mer est vraiment bien ancré par ici.

Il est donc 10h quand notre Zodiac et conducteur nous fait signe de monter à bord pour notre allé direction Amalfi. En mer, la sensation de dépasser toutes ces voitures ralenties par les virages sinueux de la route nous donne entière satisfaction !!

C'est avec fierté que par moment le conducteur ralenti et nous indique la présence de terres de récolte de citron pour la fabrication du fameux "Limoncello" !



15 min plus tard et nous voici déjà à quai en train de remonter les rues d'Amalfi.

Nous faisons un stop à l'inévitable Cattedrale di Sant'Andrea Apostolo et son cloître, chargée d'histoire et débordante d'expression dans son italianisme.



Je vous vois venir : ai-je aimé la rue principale animée de multiples boutiques ? En réalité non, loin de là !! Ce qui m'intéressa est bel et bien les ruelles à coté du centre ville !! En effet, il y a certains recoins de la ville plus timide mais ayant tout leur charme. C'est aussi l'Amalfi d'origine, la vie qui était là bien avant le tourisme. J'ai particulièrement apprécié certaines écritures sur les portes des maisons comme ce riverain qui a déjà certainement marre du tourisme de masse, indiquant sur sa porte :

"per quieto vivere no rompete le palle" de l'italien signifiant "pour vivre tranquillement sans me casser les couilles".



Comme informé par le prestataire, nous appelons 20 min avant notre souhait de retour et profitons de ces quelques instants autour d'un petit cocktail.

De retour à la baie Marina di Praia, nous passons un dernier coucou à l'hôte pour reprendre nos affaires et tracer presque 1h de routes sinueuses destination notre prochain lieu de nuitée, une maison de campagne le B&B Bouganville - Tramonti. Je mets en gras l'appellation de la maison car elle fut un spot tout autant sensationnel que les précédents sur la côte amalfitaine.


Il est environ 15h30 quand nous arrivons à l'adresse, qui, selon le nagivateur gps, est plutôt difficile d'accès car il faut nécessairement arriver à pied !! En réalité, il faut que je vous raconte la suite !!

La propriétaire, très aimable, avait proposé d'échanger sur Whatsapp afin de communiquer notre rdv et surtout la manière de se retrouver. En effet, nous nous retrouvons sur un petit parking dans le village de Tramonti, plus précisément dans le hameau de Pucara. Garé comme convenu, nous appelons la propriétaire, quelques instants ensuite madame arrive dans sa voiture personnelle, assez étroite comme faite pour accéder au chemin que nous allons emprunter ensuite. Je vous laisserais voir dans les photos ci-dessous le chemin en question, d'une extrême étroitesse, que seules quelques voitures au monde peuvent emprunter !! Oui je crois les voitures italiennes haha !!

Petite parenthèse mais je ne pouvais pas m’empêcher de vous citer une phrase issue de leur site et décrivant la situation, c'est excellent :) !!


"La structure est également accessible en voiture, ou avec notre service de navette gratuit, le long d'un chemin qui mène directement de la route principale à l'entrée"


3 min plus bas en voiture, nous nous garons sur un micro parking juste devant la maison, puis notre hôte nous indique quelle clé utiliser à chaque porte, nous présente notre chambre et avec quelques mots anglais nous donne rdv au petit déjeuner le lendemain. Fini par des embrassades pour ma compagne et moi, nous sommes déjà conquis. Ce moment me rappel, comme aux Canaries, cette femme italienne si aimable qui nous avait accueilli dans ses gîtes "Los Amigos de la Naturaleza" sur l'île de La Palma.

Du rez-de-chaussée à l'étage, cette maison est décidément atypique. Son histoire raconte qu'il s'agissait d'une villa privée typique de l'endroit, remaniée en gîte accueillant 3 chambres toutes équipées de balcon ou terrasse privée.



Il est environ 16h30 quand nous reprenons la route direction Ravello pour finir la journée. Nous parcourons la route par le Nord en passant aux villages de Tramonti, Figlino, Pietre et Sambuco.

Arrivé à Ravello, le village tient bien sa promesse de village typique et authentique, tel qu'il est indiqué dans les multiples guides. Sa Piazza Centrale et les ruelles de part et d'autre du lieu sont chaudes et mystérieuses au crépuscule. A défaut de ne pas avoir vu la fameuse Villa arabe Rufolo, que nous n'avions pas calculé, ce tour quasi 100% piéton était sympathique voir assez photogénique dans le style rue.



Pour boucler la boucle de notre tour, nous repartons de Ravello direction la maison par le sud cette fois, en passant par Minori et Maiori.

Une fois arrivé, avec quelques apéritifs pris sur la route, nous profitons de quelques instants sur la terrasse de notre chambre, la maison rien qu'à nous, avec le son du vent caressant les arbres voisins, loin des villes du bord de mer.


* * *


JOUR 7 : Maiori - Ercolano - retour à Napoli.

Dernier jour en campagne et dernier jour en balade avec la voiture. Avant cela, nous profitons de nous mettre en forme en prenant un bon bol d'air sur la terrasse du rez-de-chaussée de la maison. Nous saluons notre dame de la maison et descendons la route pour Maiori pour faire un tour. Petite ville de bord de mer que j'ai particulièrement aimé.

En faisant des détours par les ruelles alentours, nous faisons la rencontre de 2 canadiennes qui faisaient elles aussi un tour perso à 2. Je nous vois monter et visiter ensemble la Collegiata di Santa Maria a Mare, visible au bout d'une impasse.

Puis, petit détour désaltérant au petit bar très coloré, le Lido Santa Rita, en bord de plage mais pas surfait !!



C'est avec bonheur que nous regardons la mer de la côte amalfitaine et lui disons à très bientôt !! Nous remontons le col vers le Nord direction Angri, Pompei puis arrêt dans un parking municipal d'Ercolano, prochain spot de notre tour.

Après la pause déjeuner juste à l'angle de la rue Via IV Novembre, nous prenons ensuite le temps de visiter le site archéologique d'Ercolano, assez enfoncé dans la terre et très immersif. En effet, contrairement au site de Pompei, nous pouvions observer des maisons à 2 étages ce qui était plutôt incroyable pour l'époque et l'état de conservation est remarquable. Il est intéressant aussi d'observer ces structures sous une lumière différente, et nous étions servis car un début de crépuscule s'annonçait lorsque nous étions en plein "centre ville".



Le temps s'écoule à une vitesse et nous sommes un peu juste pour rendre la voiture. Bref, armés de courage nous courons et conduisons à l'italienne. Je ne vous raconte pas, dans la circulation concentrée de Naples, comment nous avons pu réussir à rentrer dans une station essence qui était de l'autre coté de la route, mais on l'a fait haha !!

Garé proprement sur un emplacement alloué à l'agence de location, nous courons rendre la clé de la voiture 10 min chrono avant l'heure de fin de notre contrat !!

Pour se relaxer de ce moment speed, une petite balade tranquille dans le centre ville a fait du bien !!

Nous allons nous reposer dans notre dernier studio, louée pour ces 2 dernières nuitées, en face de la gare secondaire Napoli Porta Nolana.


* * *


JOUR 8 : journée finale sur l'île de Procida.

Procida ? Pourquoi faire ce "caprice" ? Vous vous en doutez peut être : il s'agit de l'île la plus petite de la baie de Naples et donc, pourquoi pas ?

C'est à 7h que nous nous apprêtions à sortir quand nous regardons quelques instants, depuis la fenêtre du studio, un levé de soleil mémorable dans l'axe du volcan. Nous partons ensuite marcher jusqu'au port Porto di Napoli.



Nous dépassons en bateau la pointe de Bacoli où nous contemplons Naples à l'altitude 0.

Une fois pieds à terre, qui dit balade sur une île, dit, VAE (Vélo à Assistance Electrique) !!


Nous roulons à travers ces ruelles à taille humaine, marquées par l'esprit villageois, les petites maisons de toutes les couleurs rendent les lieux tellement uniques et chaleureux. Cette île porte un charme jusqu'à chacune de ses extrémités, dans ces constructions historiques conservées, sa végétation et les locaux qui y habitent.

En remontant la rue Salita Castella, nous arrivons à la pointe Est de l'île : la vue est vertigineuse mais offre un spot superbe sur la baie de Naples.



Direction la partie sud de l'île dans le quartier de Centane, en passant par la côte Est. Les rues et ruelles sont relativement peu fréquentés, c'est vraiment agréable et cela grâce à la saison d'automne puis le lieu en lui-même. Attention à ne pas passer trop de vitesse au vélo sinon vous risqueriez de faire 3 fois le tour de l'île haha !!


Marina Chiaiolella, port de plaisance. Un bout de l'île tout aussi mignon que la partie nord et même encore plus tranquille si vous souhaitez vous trouver un déjeuner au calme. Autour du port se dessine la croûte océanique par endroit et la végétation qui par plusieurs endroits tente de marquer sa place. Nous nous arrêtons au restaurant Crescenzo Hotel Ristorante. Sa sympathie et ses cafés dessert sont véritablement à croquer !!



Par curiosité, nous courons plus loin au bout de l'île en voulant emprunté le pont Ponte di Vivara reliant l'île à un autre grand rocher qui n'est autre que la réserve Riserva Naturale Statale Isola Di Vivara. Mauvaise idée car porte grillagée fermée vers la fin du pont. Problème très excusable car il s'agit d'une réserve protégée et celà semble donc très bien de la sécuriser !! La vue sur toute l'île et le son imposant de la mer fait du bien en tout cas !!



Il est environ 15h quand nous décidons de reprendre la route en suivant le plus possible la côte Ouest cette fois-ci, s'arrêter dire au revoir la mer, sur la plage de Spiaggia Pozzovecchio. Non accessible en voiture ni scooter, nous sommes content d'y descendre en vélo !!



Quand on parle de spot accessible en vélo, en voilà un autre intéressant pour apprécier l'île sous un autre angle : le phare Rocce del Faro. Au bout d'une ruelle étroite, le long de petites maisons, une porte grillagée laisse l'accès à un long chemin en pierre avec de longues marches s’enfonçant vers la mer. En bas, vous trouverez un ancien phare abandonné laissant observer l'île et la pointe de Naples : spot unique et original !!



17h, nous fermons la boucle en reprenant les vélos direction le port principal, rendre les vélos et patienter notre navette. Une indication nous laisse cependant perplexe quant au choix à faire...



Malheureusement il fallait prendre à gauche direction "Cruel Word" mais heureusement, avec le cœur et l'esprit rempli d'une si bonne énergie !!


* * *


Merci à vous toutes et tous pour avoir lu ce carnet jusqu'au bout !!

A la prochaine pour une nouvelle destination, en cours de réflexion.

En attendant prenez soin de vous !!


#italie #naples #coteamalfitaine #monde #street #nature #mer #méditérranée #internationnal #paysage #architecture #patrimoine #sensation #carnet #reportage #voyage #roadtrip

119 vues0 commentaire